Mot-clé: location-based marketing

« Geofencing » ou comment faire tomber les barrières…

Le « geofencing » c’est une barrière géographique virtuelle appliquée à un territoire qui lui est bien réel.

Ce peut être un rayon autour d’un point d’intérêt (un magasin, par exemple) ou un secteur en particulier (un parc, un édifice, un  secteur de la ville, etc.).

source : Inventis

source : Inventis

Utilisé en combinaison avec un appareil permettant de géolocaliser son utilisateur (un téléphone intelligent, par exemple) la « geofence » pourra indiquer si ce dernier est situé à l’intérieur ou à l’extérieur de la zone définie. Le changement de statut enclenchera une action, telle que l’envoi d’un SMS, un courriel, etc.

En géomarketing, on utilise fréquemment cette technique – et plus particulièrement dans les campagnes publicitaires ciblées. Par exemple, un utilisateur qui se trouve dans un rayon de 500 mètres d’un commerce recevra un message texte indiquant les promotions de la semaine.

Pour les entreprises qui ont de plus en plus d’interactions avec les consommateurs  via le canal « mobile », le geofencing peut s’avérer une stratégie gagnante pour augmenter la fidélisation de la clientèle et favoriser l’engagement en approchant les prospects au bon moment et de la bonne manière.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Mobilité et géomarketing – comment utiliser le « géo » dans votre stratégie marketing [partie 1]

Aujourd’hui, près de 40% de tous les téléphones portables sont des téléphones intelligents (smartphones). Cette adoption rapide de ce type de terminal a conduit à un changement radical dans la façon dont les consommateurs interagissent avec les marques.

De plus en plus, les utilisateurs délaissent le côté traditionnel du téléphone (envoyer et recevoir des appels – c’est fini ce temps-là!) et se tournent vers les courriels, textos, réseaux sociaux, la navigation Internet et l’achat en ligne.

Voici quelques statistiques intéressantes :

  • En mobilité, plus de 60% des gens préfèrent utiliser un smartphone plutôt qu’un iPad ou autre tablet PC.
  • 16% des personnes qui ont acheté un produit/service suite à une sollicitation directe reçue sur leur téléphone portable.
  • Parmi ces utilisateurs, 55% ont complété l’achat directement depuis leur smartphone, 43% de leur ordinateur et 35% dans le magasin.
  • Plus de 35% des individus utilisent leur smartphone pour se connecter à Facebook…plusieurs fois par jour.
  • 34% des utilisateurs utilisent une application pour consulter leur solde bancaire.
  • 28% utilisent les services de géolocalisation tels que Foursquare ou Facebook Places.
  • 24% des utilisateurs de téléphones intelligents ont scanné un code QR au moins une fois.

Les téléphones intelligents représentent donc un immense potentiel, particulièrement pour le développement d’applications utilisant la géolocalisation. Bien que ces applications n’aient pas pour objectif de convertir des utilisateurs en clients (on a qu’à penser à Foursquare, Tripadvisor et autres), elles jouent toutefois un rôle décisif dans la sélection d’un produit et/ou d’un service particulier (ex. choix d’un restaurant, d’une activité, etc.).

Il ne fait aucun doute que l’utilisation de plus en plus importante de ces terminaux devrait nous faire réfléchir. Ainsi, il devient impératif pour les PME de se doter de plans ciblés, orientés vers le marketing conversationnel et intégrant une composante géographique (location-based marketing).

Comment faire? Plus de détails la semaine prochaine….

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Le géomarketing et les réseaux sociaux

Utiliser les médias sociaux pour promouvoir vos produits et services, c’est une bonne idée. Y ajouter la dimension spatiale, c’est encore mieux.

Hier, le très populaire site mashable.com a publié un article sur les possibilités du « location-based marketing » offert par les réseaux tels que Foursquare, Gowalla ou Loopt. L’idée fait son bout de chemin un peu partout sur la planète actuellement. Le phénomène est grandissant et l’avantage pour les entreprises semblent être sans équivoque (voyez l’exemple ici).

Mais qu’en est-il au Québec ? Est-ce que des entreprises utilisent réellement le marketing par géolocalisation dans un contexte d’affaires ? Est-on trop frileux face à la technologie ? Le québécois moyen serait-il un retardé technologique chronique ???

Faites-nous part de vos réussites ! On aimerait changer d’opinion…

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone