Mot-clé: localisation

La cartographie des surfaces de vente

On utilise souvent la géolocalisation pour établir la provenance de la clientèle. En couplant ces informations à des bases de données externes, elles permettent d’en connaître davantage sur le profil des consommateurs. Saviez-vous que vous pouvez aussi utiliser la géolocalisation intérieure afin d’optimiser votre marchandisage?

À l’aide de différentes techniques de captation de l’information (code barre, RFID, video, etc.), vous serez en mesure de produire la cartographie des déplacements des clients en magasin. Vous serez ainsi en mesure de déterminer quels sont les endroits les plus et les moins fréquentés de votre surface de vente.

carto_surface_vente

En fonction des zones produites (zone « chaude » vs zone « froide ») vous pourrez adapter la configuration de votre magasin en plaçant les produits les plus rentables ou les plus en demande aux endroits stratégiques pour favoriser des ventes accrues. Au contraire, vous aurez tout avantage à placer les produits spécifiques et/ou nécessaires dans les zones les moins spontanément fréquentées (généralement dans le fond du commerce – pensez au lait à l’épicerie!) mais qui vont naturellement générer des ventes.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

L’anatomie du code postal

Quel sujet palpitant! Le code postal et sa structure ont pourtant une importance primordiale pour les analyses géomarketing. Le code postal à 6 caractères alterne entre les lettres et les chiffre A0B 1C2. Il est divisé en deux sections de 3 caractères qui permettent de renseigner sur la localisation des individus ou des entreprises.

Les 3 premiers caractères
La première section est la région de tri d’acheminement (RTA) qui délimite la région de livraison.

La première lettre représente la province ou une région de la province :

A : Terre-Neuve et Labrador M : Toronto métropolitain
B : Nouvelle-Écosse N : Sud-Ouest de l’Ontario
C : Île-du-Prince-Édouard P : Nord de l’Ontario
E : Nouveau-Brunswick R : Manitoba
G : Est du Québec S : Saskatchewan
H : Montréal métropolitain T : Alberta
J : Ouest du Québec V : Colombie-Britannique
K : Est de l’Ontario X : Territoire du Nord-Ouest et Nunavut
L : Centre de l’Ontario Y : Territoire du Yukon

Le chiffre situé à la deuxième position représente une particularité importante: la milieu urbain ou rural. Les codes postaux ayant un chiffre variant de 1 à 9 à la deuxième position sont en milieu urbain. Par contre, les codes postaux ayant un “0” sont considérés comme ruraux.

Pour les codes postaux urbains, le troisième caractère décrit une zone précise d’une ville ou d’un village. Pour les zones rurales, le code postal complet est nécessaire pour décrire l’ensemble de la localité ou de la région.

Les 3 derniers caractères

Les 3 derniers caractères du code postal réfèrent à l’unité de distribution locale (UDL), ce qui correspond – dans le milieu urbain – à un point de distribution précis (rue ou section de rue, édifice, hôpital, tour à bureaux,  etc.). Dans le cas des zones rurales, l’ensemble des 3 derniers caractères représentent la communauté entière.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

les deux approches du géomarketing

Il existe deux approches de base pour les analyses géomarketing :

  • l’approche superficielle où on illustre un phénomène. C’est une approche assez répandue qui permet de répondre de manière ponctuelle (et plutôt incomplète) à certaines questions de marketing opérationnel. Par exemple, quel est le profil socio-économique de ma clientèle situé dans ma zone d’influence primaire.
  • l’approche intégrée où le système d’information marketing de l’entreprise s’appuie sur la dimension « spatiale » ou géographique. Le but est d’assurer la cohérence entre les activités de l’entreprise, ses marchés, ses canaux de distribution et la localisation de ses clients.

Bien entendu, dans les deux cas, l’objectif final vise à doter l’entreprise d’outils concrets et simples qui lui permettent d’obtenir une meilleure connaissance de sa clientèle et de ses opportunités de marché.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone