Catégorie: géomarketing

Les balises… la suite!

Dans notre dernier billet, nous avons vanté les mérites des « beacons » ces petites balises sans-fil qui permettent de transmettre du signal spécifique à un appareil mobile.

Voilà que tout n’est pas gagné pour les entreprises souhaitant mettre à profit cette technologie. En effet, il faut tout d’abord convaincre le consommateur de télécharger votre application (au moyen de tactiques marketing « traditionnelles ») puis d’accepter de vous transmettre ses données (courriel, âge, sexe, etc.).

Aussi faut-il que le Bluetooth soit activé sur le téléphone intelligent. Tout un défi lorsqu’on sait que la majorité d’entre nous préfèrent ne pas activer la fonction pour améliorer la durée de vie de notre pile… Une étude du MIT au Musée du Louvre à Paris (qui reçoit humblement 9.3 millions de visiteurs/an) a démontré que seulement 8,2% des utilisateurs avaient le Bluetooth activé. Bien évidemment, cette statistique varie largement selon le pays d’origine, le sexe mais surtout l’âge. À cet effet, les natifs numériques semblent être plus nombreux (entre 30 à 50%) à être connecté au Bluetooth en permanence.

Finalement, si vous avez toutes ces conditions réunies (application téléchargé, permission reçue et Bluetooth activé), sachez qu’environ 30% des consommateurs réclament l’offre reçue via leur appareil mobile… on est donc loin de la panacée pour le moment, mais l’avenir s’annonce tout de même intéressant pour ce type de promotion.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Parlons météo…

La météo joue un rôle important dans les habitudes de consommation des gens. Au Québec, parler météo est même un sport national (après le hockey évidemment!)

Intégrer la météo – actuelle ou future – dans une application de géomarketing et/ou d’intelligence d’affaires peut constituer une véritable opportunité afin de mieux connecter avec vos clients ou les fidéliser davantage en leur offrant des promotions selon le temps qu’il fait.

En établissant des zones spécifiques, vous pourrez rejoindre vos clients par courriel ou par SMS pour leur offrir des promotions. Par exemple, un rabais sur le café glacé lorsqu’il fait trop chaud. L’exemple est tiré de la dernière conférence internationale des usagers ESRI durant laquelle Starbucks a fait la démonstration de sa plateforme d’intelligence d’affaires pour ses points de vente :

La formule ne fonctionne pas seulement pas pour le café. C’est aussi une bonne occasion d’interpeller votre clientèle pour différents produits et services tels que:

  • Les billets de cinéma
  • L’achat de voyages
  • Les laissez-passer pour le ski
  • etc !

Utilisez des API tels que OpenWeatherMap ou AccuWeather pour mettre à jour vos données. Vous pourrez ainsi faire des filtres,créer des alertes, etc.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La zone d’attraction en 3,5 étapes faciles

Pour déterminer la zone d’attraction de votre ou vos points de vente, rien de plus facile! La démocratisation des technologies géographiques (google maps et autres) vous permettent d’obtenir cette information tactique rapidement et à peu de frais. Voici la procédure en 3,5 étapes :

1 – Récupérez les données sur la clientèle actuelle – souvenez-vous ; l’information c’est le pouvoir ;). Pour ce faire, utilisez un des moyens suivants:

  • Enquête, sondage
  • Concours et promotions
  • Programme de fidélisation
  • Adresse de livraison
  • Etc.

L’objectif étant de colliger des infos qui vous permettront d’améliorer vos produits/services mais aussi de localiser avec précision vos clients actuels. Assurez-vous donc de posséder l’adresse civique ou le code postal de chaque client.

2 – Cartographie de la clientèle

Utilisez un service de cartographie en ligne (ex. batchgeo) ou un système d’information géographique (SIG) gratuit comme QGIS.

3 – La pondération (étape optionnelle)

Si vous avez amassé des données quantitatives (ex. facture moyenne, nombre de visite en magasin, etc.), utilisez-les pour pondérer votre analyse. Utilisez cette variable supplémentaire pour constater la répartition de vos meilleurs clients.

3,5 – Établissez votre zone d’attraction

On définit la zone d’attraction en cercles concentriques avec différentes sous-catégories, généralement :

  • La zone primaire – là où réside 70% de votre clientèle;
  •  La zone secondaire – là où réside 20% de votre clientèle;
  • La zone tertiaire – là où réside 10% de votre clientèle.

 

carte de la zone d'attraction

carte de la zone d’attraction

Bien entendu, ces pourcentages peuvent varier. On peut facilement utiliser 2 zones (ex. 80%-20%) pour rendre compte de la zone d’attraction. Aussi, les cercles ne sont pas obligés d’être concentriques. Vous pouvez facilement baser votre analyse en utilisant le réseau routier comme paramètres de distance des clients par rapport à votre point de vente.

Bonus : Ajoutez à la localisation vos concurrents directs / indirects. Vous y découvrirez peut-être une distribution bien particulière de votre clientèle qui vous amènera à optimiser vos opérations marketing!

 

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone