le principe du géocodage

Le géocodage vise à associer une localisation géographique (longitude / latitude) à un élément qui, à la base, n’en contient pas. Plusieurs éléments peuvent être géocodés, allant du code postal à l’adresse civique en passant par les intersections routières, les photos,  les numéros de téléphones et même les ordinateurs (grâce à leur adress IP).

Pour ce faire, on doit généralement utiliser des bases de données spécialisées qui contiennent ce type d’information. Toutefois grâce à, la démocratisation de la cartographie (lancée en 2005-06 avec la venue de Google Maps) plusieurs sites Web permettent de géocoder des données tout à fait gratuitement. En voici quelques-uns pour agrémenter votre week-end 😉

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

segmentation B2B : les codes SCIAN

Nos récents articles sur la segmentation B2B (voir ici et ici) ont suscités beaucoup de réactions auprès de nos lecteurs. Leur principale interrogation : « C’est quoi un code SCIAN et à quoi ça sert? ». Voici donc la réponse…

Le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) est un système de catégorisation des entreprises qui a été conçu par les organismes statistiques du Canada (Statistique Canada), du Mexique (l’Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática) et des Etats-Unis (l’Economic Classification Policy Committee et l’Office of Management and Budget). C’est l’Accord de libre-échange (ALENA), entré en vigueur en janvier 1994 qui a mené à la création du SCIAN. La première version a vu le jour il y a 14 ans, en mars 1998.

Le SCIAN vise à fournir des définitions communes de la structure industrielle des trois pays, ainsi qu’un cadre statistique commun pour faciliter leur analyse. Le SCIAN peut aussi servir à classer les compagnies et les entreprises. C’est dans ce cadre plus précis que nous l’utilisons pour élaborer des stratégies d’entreprises et ainsi donner une « intelligence » supplémentaire aux données de nos clients.

Il s’agit d’un système exhaustif qui s’applique à toutes les activités économiques. Puisque toutes les entreprises nord-américaines possèdent un code SCIAN, il est facile de segmenter les activités d’une entreprise et ainsi cibler d’autres organisations évoluant dans un secteur semblable.

La structure du SCIAN est hiérarchique. L’économie s’y trouve divisée en 20 secteurs que voici :

11

Agriculture, foresterie, pêche et chasse 53 Services immobiliers et services de location et de location à bail
21 Extraction minière et extraction de pétrole et de gaz 54 Services professionnels, scientifiques et techniques
22 Service publics 55 Gestion de sociétés et d’entreprises
23 Construction 56 Services administratifs, services de soutien, services de gestion des dé chets et services d’assainissement
31-33 Fabrication 61 Services d’enseignement
41 Commerce de gros 62 Soins de santé et assistance sociale
44-45 Commerce de détail 71 Arts, spectacles et loisirs
48-49 Transport et entreposage 72 Hébergement et services de restauration
51 Industrie de l’information et industrie culturelle 81 Autres services, sauf les administrations publiques
52 Finance et assurances 91 Administrations publiques

Puis, chacun des secteurs (codes à deux chiffres) se divisent par la suite comme suit :

  • des sous-secteurs (codes à trois chiffres),
  • des groupes (codes à quatre chiffres)
  • des classes (codes à cinq chiffres).

Par exemple :

  • [23] Construction
  • [238] Enetrepreneurs spécialisés
  • [2381] Entrepreneurs en travaux de fondation, de structure, et d’extérieur de bâtiment
  • [23816] Entrepreneurs en travaux de toiture

Pour avoir plus de détails sur les SCIAN complets, visitez la page officielle de Statistique Canada.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone