Intelligence d’affaires et géospatial en 2010 : les tendances

Je ne ferai pas exception à la règle. Alors que la fin de l’année approche, toutes les entreprises, blogeurs et «tweeters» font leurs prédictions pour 2010… Depuis quelques semaines donc, je lis toutes les «revues de l’année» qui s’écrivent sur le BI, le géospatial et le géomarketing afin de vous offrir ce dernier billet en 2009 sur cinq tendances qui selon moi risquent de nous affecter au courant de la prochaine année.

1-le triomphe de l’opensource?
Ahh, voilà une tendance qui fera sourire plusieurs de mes collègues. C’est officiel, l’opensource est devenu «mainstream». Est-ce un contrecoup de la crise économique ? Quoi qu’il en soit, il semble que cette approche fasse maintenant consensus, du moins dans le monde des TI. Selon une étude menée par Mark Madsen de chez Thrid Nature, 25% des entreprises ont utilisé une application d’intelligence d’affaires open source cette année. Qui plus est, entre 30 et 40% des entreprises évaluent actuellement des offres afin d’intégrer l’open source dans leurs processus d’affaires. Voilà qui augure bien !

2-un API pour être plus social
Un peu dans le même ordre d’idée, on devrait voir en 2010 une prolifération encore plus massive des API. Alors que les plateformes de développement des médias sociaux ont la cote (Facebook, twitter, foursquare, etc.), les entreprises seront aussi tentées de se mettre au goût du jour. Ils comprendront qu’en ouvrant leur «boîte noire» et en encourageant le développement d’applications basées sur leur code source, ils pourront quand même conserver la mainmise sur leurs orientations. Une belle façon de devenir plus «social» en faisant de la business.

3-Le fameux nuage
Tout le monde en parle. Et on en parle depuis longtemps. J’en doute encore, mais semble-t-il qu’en 2010 le nuage gagnera de l’altitude. Il est vrai que, dans le contexte économique actuel, ce serait une situation idéale. Le cloud-computing et le SaaS permettrait de réaliser des économies importantes ainsi qu’une optimisation à tous les niveaux (monétaire, matériel, informationnel, etc.). Enfin, les entreprises pourraient accéder à des plateformes évolutives, adaptables qui leur permettraient de se concentrer sur leurs processus d’affaires.

4-…et le temps passe
Le temps réel prendra aussi du galon en 2010. Les résultats de recherche dans Google, les médias sociaux, les SMS, les fils RSS; tous nous permettent de suivre ce qui se passe ici et ailleurs mais surtout maintenant. On ne peut plus se fier sur des informations qui étaient valides il y a à peine une heure. Il y a donc un intérêt grandissant chez les entreprises d’intégrer des sources de données (externes ou non) qui permettront d’informer et d’orienter les décisions en temps réel.

5-Le retargeting
Bien que le concept ne soit pas nouveau – les grandes entreprises l’utilisaient déjà depuis quelques années, le reciblage publicitaire est maintenant accessible pour les PME. Actuellement offert aux Etats-Unis, ce service est appelé à grandir très rapidement. Il s’agit, à mon avis, d’une belle forme de BI combiné avec du «web spatial» sur laquelle Google ne tardera pas à mettre la main…

…un chausson avec ça?
Je ne suis pas un grand prédicateur. Une application opensource en mode SaaS, munie d’un API, se connectant sur des données real-time qui permet de faire du reciblage, est-ce possible? Si une seule de ces tendance se concrétise, ce serait déjà beaucoup. Une chose est sûre cependant, à la vitesse où vont les choses, nous auront droit à bien des surprises, des changements de cap et de nouvelles tendances qui rendront cet article complètement démodé (c’est peut-être déjà le cas).

Joyeuses Fêtes à tous et au plaisir de vous retrouver en janvier.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Place Pages : du contenu géolocalisé accessible sur le terrain

Vers la fin septembre, Google a lancé un projet nommé Place Pages qui vise à créer des pages Web pour les entreprises qui aparraissent sur Google Maps.

Dès lors, les critiques ont reproché au géant du Web de créer et d’indexer du contenu qui renvoyait sur ses propores pages (et donc contenant de la publicité) plutôt que sur le site officiel des entreprises.

Google Favorite PlaceQu’à cela ne tienne, le contenu géolocalisé sera désormais disponible directement sur le terrain. Ainsi, Google a débuté aujourd’hui la distribution – à plus de 100 000 entreprises aux États-Unis – d’un autocollant Place Page sur lequel apparaît un code QR qui sera « lisible » par les iPhones (grâce à l’application QuickMark), Balckberry ou tout autre appreil mobile supportant la plateforme Android (grâce à l’application Barcode Scanner).

En prenant une une photo de l’autocollant, Ce dernier sera automatiquement décodé et fournira l’information reliée directement sur le Web. Tout comme dans Google Maps, les propriétaires de l’autocollant pourront mettre leurs informations à jour dans leur compte Local Business Center.

Puisqu’un vidéo vaut plus que mille mots :

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone